Chapitre 12 – L’analyse des décisions d’exploitation


Objectifs du chapitre

Note aux enseignants :  Pour obtenir la comparaison des objectifs de connaissance des 4e et 5e éditions, cliquez ici

Objectif 1 : Décrire l’analyse des décisions d’exploitation
Les décisions n’exigeant pas d’investissement ne débouchent pas sur d’importantes acquisitions d’immobilisations corporelles et n’ont pas de répercussions fiscales. Lorsqu’on analyse les différentes propositions, les données sur les coûts, les marges et la rentabilité suffisent donc pour éclairer la décision. Les décisions se présentent sous la forme d’un choix entre deux ou plusieurs propositions.

Objectif 2 : Présenter l’analyse globale et l’analyse différentielle
L’analyse globale permet de dégager les revenus totaux et les coûts totaux découlant de chacune des options, alors que l’analyse différentielle fait ressortir les divers éléments de revenus et de coûts touchés par une décision par rapport à une situation de référence, souvent le statu quo.

Objectif 3 : Interpréter les coûts fixes unitaires
L’utilisation des données unitaires, déduites de coûts fixes comporte un piège – le piège des coûts fixes unitaires : on peut en effet être porté à croire qu’ils se comportent comme des coûts variables, ce qui n’est pas du tout le cas. Cependant, ils sont utiles pour évaluer la couverture des coûts fixes à un volume d’activité donné.

Objectif 4 : Suivre une démarche d’évaluation des propositions
Nous suggérons une démarche en quatre étapes: a) évaluer les conséquences que les propositions avancées ont sur la stratégie d’entreprise; b) formuler les propositions à examiner; c) évaluer les résultats et les conséquences des propositions; d) analyser les propositions. L’analyse des propositions comprend habituellement le calcul de résultats conditionnels, une analyse de sensibilité axée sur le risque et une analyse de l’utilité de la production.

Objectif 5 : Analyser la prise de décisions d’exploitation dans divers contextes
Nous avons examiné les situations suivantes : faut-il acheter un produit ou le fabriquer? Faut-il conserver une gamme de produits ou l’abandonner? Faut-il accepter une commande spéciale ou la refuser? Comment choisir une combinaison de produits? Comment fixer un prix de vente? Dans toutes ces situations, il est essentiel de bien connaître les marges.

Objectif 6 : Exposer les rapports entre information financière et gestion
En matière de gestion, l’information financière pertinente découle souvent du calcul de différentes marges et des résultats financiers par unité. Or, aujourd’hui, il n’y a plus beaucoup de coûts variables au sens strict, et le calcul des résultats par unité recèle un piège car, le plus souvent, ils sont liés à un volume d’activité donné. De plus, les résultats sont incertains et dépendent souvent de facteurs extérieurs tels que la réaction des compétiteurs.


Exercices

Pour les équivalences des exercices entre les 4e et 5e éditions, cliquez ici. Les exercices proposés dans le présent complément Web ont été répartis en trois niveaux de difficulté, soit :

a – appliqué
b – bonifié
c – complexe




Capsules vidéo

 

 

 

 

CAPSULE VIDÉO 12.1 – Croisement d’informations de différentes sources
Monsieur André Rémillard, vice-président aux finances chez L’Oréal Canada, parle du défi de taille que représente le croisement d’informations provenant de différentes sources.



CAPSULE VIDÉO 12.2 – Contrôleur de gestion moderne

Selon Monsieur Rémillard, le contrôleur de gestion moderne a essentiellement un rôle de gestionnaire. Il s’explique.

CAPSULE VIDÉO 12.3 – Sens de l’anticipation : une qualité recherchée
Le sens de l’anticipation est une qualité que Monsieur Rémillard recherche chez ses collaborateurs. Il s’exprime à ce propos.

CAPSULE VIDÉO 12.4 – Évolution de la fonction finance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *